Sélectionner une page
Mécanismes de résistance de Plasmodium et cibles thérapeutiques

LCC

Mécanismes de résistance de Plasmodium et cibles thérapeutiques

Le paludisme est un problème mondial majeur de santé publique, avec plus de 600 000 morts par an, dont la plupart sont des enfants de moins de 5 ans.

Le traitement de cette maladie, due essentiellement au parasite Plasmodium falciparum, est l’objet principal du travail de notre équipe depuis de nombreuses années, puisque les résistances successives de ce parasite aux antipaludiques imposent un renouvellement constant de l’arsenal thérapeutique.

Dans ce contexte, nous nous intéressons à la résistance aux artémisinines (principales molécules antipaludiques utilisées) qui a émergé en Asie, est maintenant présente en Amérique du Sud et en Afrique où se concentrent 90 % des morts dus au paludisme.

Nos travaux portant sur l’identification de facteurs biochimiques et / ou génétiques de cette résistance ont déjà permis notamment de sélectionner la première souche de laboratoire résistante aux artémisinines (F32-ART), de démontrer l’entrée en quiescence (ou dormance) des parasites résistants pendant le traitement, et de participer à l’identification du polymorphisme du gène pfk13 comme marqueur moléculaire de cette résistance.

Actuellement nous continuons à explorer les modifications mises en place dans les parasites résistants afin d’identifier des cibles thérapeutiques pertinentes pour la conception de candidats médicaments.

Adresse

Laboratoire de chimie de coordination du CNRS

205 route de Narbonne, BP 44099
31077 Toulouse cedex 4
France